Appel à communication

Les sciences du vivant.
Imaginaire et discours scientifique

Colloque – 20 et 21 octobre 2016

 Académie Polonaise des Sciences

74, rue Lauriston Paris 75016

 Partenariat Hubert Curien Polonium

Ministère des Affaires étrangères et Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (France)

Ministère de la Science et de l’enseignement supérieur (Pologne).

LISAA – Université Paris-Est Marne-la-Vallée

et

Université Adam Mickiewicz de Poznan

 L’objectif de ce colloque est d’étudier l’imaginaire et le discours scientifique de la fin du XVIIIe siècle jusqu’au début du XXe siècle dans le domaine des sciences de la nature et de la vie. Cette période voit le développement de nouvelles théories dans l’histoire naturelle puis la formation de la biologie et l’émergence de modèles de pensées et d’idées qui connaîtront une diffusion importante vers d’autres domaines. Du fixisme, au transformisme, à l’évolutionnisme puis à l’idée de mutation, les paradigmes changent. Cette période favorise les débats, les hypothèses et la formulation d’idées dans des textes dont les qualités littéraires semblent indissociables d’une inventivité scientifique qui ne cède pas encore à l’abstraction et à la sécheresse théorique.

Notre corpus sera donc constitué de ces textes scientifiques mais aussi d’œuvres d’écrivains qui s’adonnent parfois aux sciences naturelles (comme Goethe et Nodier) ou d’œuvres de scientifiques qui écrivent occasionnellement des fictions. Les recherches seront centrées sur une question : quelle est la part de l’imagination, de la poétique et de la rhétorique dans la pensée et l’écriture scientifiques ?

Les communications pourront porter sur des textes ou des avant-textes, des correspondances. Il s’agira de cerner les processus d’invention et d’écriture – dont certains peuvent être à l’œuvre aussi bien dans des textes littéraires que scientifiques –, de mettre au jour des formes rhétoriques et narratives, voire une intertextualité littéraire dans les textes scientifiques, d’analyser éventuellement le recours à des mythes, à des schèmes narratifs préconstruits ou à des modèles de pensée émanant des sciences humaines. Nous nous interrogerons sur le rôle de l’imagination dans la formulation des hypothèses, sur la plasticité et la poéticité des idées et des modèles de pensée qui rencontrent ensuite le plus de succès dans leur diffusion culturelle.

Comité scientifique : Juliette Azoulai, Carmen Husti, Michael Soubbotnik, Gisèle Séginger, (UPEM) et Barbara Luczak, Miroslaw Loba, Patrycja Tomczak (université Adam Mickiewicz, Poznan).

Les propositions de communication sont à adresser à Gisèle Séginger (présentation de 15 lignes et éléments biobibliographiques) avant le 15 juin 2016 : gisele.seginger@u-pem.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *